#Cinéma – Critiques des sorties récentes

Avec le retour vers le futur du printemps et du soleil, annonçant tous deux l’été qui se prépare, j’ai eu la bonne idée de fuir les coups de soleil et de passer quelques heures du côté obscure de la salle pour vous faire un retour sur ce passé des dernières sorties. Enjoy !

Selma  ♥♥♥♥

Verdict : 1966, aux États Unis, malgré une loi qui abolie la ségrégation, dans les faits, la situation est loin d’être toute rose. Ce film nous raconte habilement le combat de la population noire américaine, menée par Martin Luther King, pour la reconnaissance de ses droits. Certaines scènes vous prennent aux tripes et vous font bondir devant la cruauté des blancs de l’époque. Film à voir !


Un homme idéal  ♥

Verdict : Pierre Niney joue le rôle d’un écrivain qui connaît le succès grâce un manuscrit oublié. L’écrivain va tout faire pour garder son secret. Le film est pas mal mais sans plus. Le suspense est de guise et l’on se demande comment cela va finir. C’est a peut prêt le seul intérêt.


Dear White People  ♥♥♥

Verdict : Un campus américain prestigieux, des communautés, tout va bien jusqu’au moment où tout dérape. Voici le mode d’emploi de comment être noir dans un monde de blanc. Ce film a vraiment de la gueule, c’est satirique à souhait, de nombreux clichés sont épinglés et le tout mis en musique et de images de manière précise. C’est un poil bling bling et m’as-tu vu mais on adore.


Shaun le Mouton  ♥♥♥

Verdict : Shaun et ses amis mouton décident de partir retrouver leur berger amnésique parti malgré lui à la ville. C’est tout doux, c’est léger, c’est drôle, c’est lavé avec mir laine. Un bon moment même si quelques dialogues auraient permis d’avoir encore un meilleur résultat.


Lost River ♥♥♥

Verdict : Billy et ses 2 fils Bones et Francky tentent de survivre dans une ville fantôme désertée suite à la création d’un réservoir artificiel. C’est sinistre, c’est poétique, c’est sombre, c’est beau. Ce premier réalisé par Ryan Gosling vous plonge dans une atmosphère étrange des oubliés du rêve américain. Tout le monde ne sera pas réceptif mais si vous avez aimé Drive et Only God Forgives, vous apprécierez.


Le navet : Diversion

Verdict : c’est nul nul nul et re-nul L’histoire est à peine réfléchie et les acteurs sont tellement grotesques que ça en devient pathétique. Will Smith a malheureusement la fâcheuse habitude de jouer dans des films à razzie oscars.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s