Five Guys : Dramatique Amérique

2016-09-08-22-16-44

Comme vous saviez ou flaviez si vous avez un cheveux sur la langue comme Sophie, mais les burgers préférés d’Obama ont débarqué à Paris chez Five Guys.

C’est donc chapeauté de mon plus beau chapeau de cowboy que j’avais décidé de rendre visite à l’oncle Sam et ses cinq garçons plein d’avenir nouvellement installés Cour Saint Emilion.

A peine arrivé, sans peine, oui sans Sean, le ton était donné. Une queue à la Disneyland t’indique l’adresse et les lumières à la Hollywood te confirment l’esprit so US du lieu. D’ailleurs un peu plus loin j’aperçois même Barack avec Sarah, Michelle et Gérard commander leur menu. Me voilà entré presque à commander, la chanson Viva Las Vegas retentit et mon tour arrive…enfin. Je choisis le cheeseburger que je personnalise avec les topping au choix (tomate, salade, oignons crus ou caramélisés, japaleno…). Je me suis dit bonne idée.

Alors que tout ce petit monde s’affairait à préparer mon sandwich à la minute (ce qui en fait sa réputation), j’observais avec curiosité les modestes critiques affichées sur les murs (« Five Guys serves heaven on buns » « Worth the Pilgrimage for Burger Lovers »). Mon sac en poche et mon burger en sac me voilà prêt. Je m’installe, je touche du doigt le rêve américain. Viva Las Vegas.

2016-09-08-22-26-19

Je retouche du doigt le rêve américain et ça m’a l’air un peu dur cette histoire… Ca n’a pas l’air de casser la baraque. Nous sommes loin du glamour d’Elvis, Marilyn et toute la clique et plus dans le tragique à la Micheal Moore.

La déconfiture continue en bouche, après celle de Bush. Le pain n’a rien de spécial et est à peine meilleur que celui du Roi du Burger, autre cousin américain de Five Guys. La viande n’est certes pas surgelée mais fait à peine arme égale avec celle de la cantine et les frites font illusion un temps avant de se faire vite rattraper par la crise des subprimes.

En deux mots d’estomac, je dirais que le concept de Five Guys est survendu et a uniquement une forte valeur… capitalistique étant donné que tout le monde s’y presse les citrons pour manger un burger a peine meilleur qu’un whopper mais à un prix supérieur à celui du Bartholomé de Big Fernand. Viva Las Vegas, le rêve américain n’est que désillusion.

En bon François le Français, j’invite donc notre cher ami Barack, ami de Cher et de la bonne chair, à venir découvrir nos petits frenchies qui savent sublimer, au bas mot, le basique burger d’outre atlantique en gourmet burger. Et la liste est longue : Le Ruisseau, PNY, King Marcel, Big Fernand, Blend, Roomie, Maison Burger, Mamie Burger, l’Artisan du Burger et tous les autres encore.

Five Guys  //  €€  //  ☠

Ambiance : Hollywood

Keywords : #burger #fries #fastfood #us #desillusion 

Adresse : Court Saint-Emilion, rue des Pirogues de Bercy, 75012

Métro : Court Saint-Emilion

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s